lundi 24 septembre 2012

Shikoku Muchujin-Shikoku Haïku Méguri “Balade – Haïku dans l’île de Shikoku” (22)

SHIKOKU : 19 SEPTEMBRE


Statue de Shiki Masaoka

Aujourd'hui est une journée très importante puisqu'elle est consacrée à la commémoration du 111e anniversaire de la mort de Shiki Masaoka*
* Hechima Ki

Portrait de Shiki

Nous sommes d'abord reçus par Mme la Conservatrice du Shiki-kinen museum qui nous montre deux livres en Anglais sur Shiki, publiés par le musée. Elle nous remet l'un d'eux en cadeau : "A sketch of his life", qui narre un épisode de la vie de Shiki alors qu'il était certainement tombé amoureux d'une servante.


Sketch joué lors de la cérémonie commémorative

Puis commence l'hommage à celui qui a redonné un nouvel essor au haïku en le modernisant. Dans l'assistance, se trouvent des officiels et au premier rang un des descendants du poète.

hommage à Shiki
sous le portait du poète
un bouquet d'arums


Cette cérémonie très émouvante est suivie de la visite du musée où sont exposés des effets personnels et des manuscrits du poète ; puis de l'ermitage de Shiki, où il se retrouvait parfois en compagnie de Soseki pour organiser des kukaï.
 Ermitage de Shiki


Miniature : kukaï de Shiki


Au cimetière, sa tombe est couverte d'offrandes. Tout près de la sienne, se dresse la tombe du pinceau de Kyoshi Takahama  : Kyoshi dirigea en 1898 la revue de haïku "Hototogisu" (le Coucou) fondée l'année précédente par Kyokudo Yanagihara et Shiki Masaoka.


 Tombe des cheveux de Shiki

Tombe du pinceau de Kyoshi Takahama

Près de là, le bureau de Shiki a été reconstitué.

Cette journée du 19 septembre est passionnante pour les haïkistes que nous sommes car nous passons aussi un moment dans des ermitages célèbres.
Celui de Chôdo (Koshin-an) est préservé grâce à une universitaire bénévole passionnée. Chôdo s'inscrit dans la lignée de Bashô. Il a inspiré Issa qui est venu le voir ici à deux reprises.


Kôshin-an

Chôdo


Toujours merveilleusement accueillis, nous avons droit à la cérémonie du thé, simple, telle qu'à l'époque de Chôdo : une tasse de thé, un petit gâteau, une autre tasse de thé un peu plus amer.
Nous admirons différentes sortes de gâteaux réservés à la cérémonie du thé ainsi qu'un bouquet composé par la responsable, avec des fleurs du jardin de l'ermitage.

Kôshin-an
une fleur en papier répare
le trou du shoji

Au mur, est exposé un texte écrit de la main de Chôdo affirmant le rôle primordial de la nature. L'écriture est fine, régulière, tandis que celle d'Issa était beaucoup plus nerveuse.

A quelques encablures de là, nous attendent les amis du club de Santôka. Quel accueil ! Et quel bon moment passé ensemble !
Après nous avoir remis un bouquet de fleurs destiné à l'autel de Santôka, le président narre la vie du poète sous un pavillon où sont exposés des documents historiques.
Puis, nous sommes conduits à l'ermitage (Issou-an) où nous est donné un magnifique concert de biwa sur une chanson composée à partir du vécu de Santôka.

Biwa

Une démonstration de calligraphie nous est bientôt offerte et chacun s'essaie ensuite à écrire son propre haïku au pinceau.
Nous sommes instruits de l'art du takuhon, technique qui consiste à reproduire une gravure sur un support papier.

Takhuon

Un membre du club est vêtu à la manière de Santôka : il porte le précieux bol du poète que nous faisons circuler parmi nous, non sans nous être gantés de blanc auparavant.

Bol de Santôka dans les mains de Mme Gottani

Suivent des lectures de haïkus de Santôka, en Français et en Japonais.
Avant de nous séparer, a lieu l'échange de cadeaux, calligraphies et disque compact de Santôka.

De la part d'okasan :

Peindre des fleurs -
c'est ma tâche quotidienne!
entrant dans l'automne
- Shiki -

kusabana o
egaku nikka ya
aki ni iru

**

23 commentaires:

  1. Je me sens l'atmosphère et les expériences merveilleuses :) Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Ah quelle est belle cette rencontre!
    L'esprit du Maître habite certainement les lieux Danièle!
    Vous avez dû vous sentir transportée dans ce temps là au son du Biwa!
    Vous êtes-vous sentie plus inspirée que d'habitude?

    Votre post respire et inspire beaucoup de sérénité ...
    Est-ce celui le message de Shiki?

    Maïko-san elle aussi transmet la sérénité!

    Se vider l'esprit de l'inutile et être à l'écoute comme ça, sans préparer aucune réponse...
    S'appliquer à des gestes simples et codés, sans gêne des regards ...
    Tant à apprendre, ce que nous n'aurons certainement pas l'occasion de faire ... A moins de nous rendre à Shikoku.
    Merci pour ce moment dépourvu de superflu.

    ✿✿ ✿✿ ✿✿ ✿✿

    Peindre des fleurs -
    c'est ma tâche quotidienne!
    entrant dans l'automne
    - Shiki -

    kusabana o
    egaku nikka ya
    aki ni iru

    ✿✿ ✿✿ ✿✿ ✿✿





    RépondreSupprimer
  3. J'imagine l'émotion ressentie lors de ces moments privilégiés, corps et esprit en phase, recueillement...
    Merci pour ce partage merveilleux
    jacqueline

    RépondreSupprimer
  4. Incroyable. Je ressens profondément l'émotion de cette journée et il me semble à travers toi mieux approcher le souvenir des poètes aux noms connus.
    Merci Danièle

    RépondreSupprimer
  5. You are making your pilgrimage our pilgrimage.

    RépondreSupprimer
  6. Merci à tous, Iris, Okasan, Jacqueline, Maïté, Bill ! Je manque de temps pour vous adresser un petit mot à tous mais le coeur y est. Heureuse de partager mon expérience unique avec vous. A très bientôt !

    RépondreSupprimer
  7. Un petit coucou en passant.
    Nous venons de nous croiser il y a quelques minutes. Ce fut une sacrée surprise. J'aurais aimé avoir eu plus de temps pour discuter, mais ce n'était pas possible. Pour vous non plus je suppose vu votre rendez-vous.
    Je voulais aussi demander à vos compagnons de voyage de bien vouloir m'excuser. Ils ne me connaissent pas forcément et ils ont du être assez étonnés de voir un hurluberlu apparaître comme ça devant eux, puis repartir presque aussi tôt (je peux donner cette impression quand je suis à la fois pressé et surpris).

    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci, David. Tetsuya, Maïko et Mme Ozaki nous ont donné des précisions. C'est dommage que nous n'ayons pas pu passer un peu de temps ensemble mais le planning était très serré. Et il ne fallait pas être en retard non plus au rendez-vous de Monsieur le Préfet qui a paru enchanté de notre visite. La soirée a été chargée avec la conférence de presse mais ce fut une réussite. Nous avons rencontré de nombreuses personnes passionnantes et très sympathiques.
      Amitiés

      Supprimer
  8. Très agréable carnet de bord...nous sommes plongés dans l'ambiance! C'est super, Danièle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Claudie. D'autres pages sont encore publiées.
      Bon dimanche !

      Supprimer
  9. Nos sociétés, globalement ont perdu le sens du sacré et du rituel que l'on perçoit avec force dans ton voyage. Ne perdons pas ce respect profond pour les anciens qui nous ont tracé la route.

    Bonne continuation Danièle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce sens du sacré imprègne aussi le haïku. Je n'aurais pas perçu vraiment cet aspect-là si je n'avais pas fait ce voyage d'approfondissement.
      Amitiés.

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai enfin pu regarder une vidéo concernant l’évènement!
    Votre aventure touche à sa fin et elle m'a permis de vous découvrir aussi bien que d'autres
    poètes de talent et surtout de visiter le berceau du Haïku dans ce pays que j'aime tant.
    Bonne continuation, enrichie certainement par ce voyage.
    Merci pour vos partages et bravo pour votre blog ♥
    Okasan 海子

    Chaîne shikoku-muchiujin sur USTREAM
    http://www.ustream.tv/channel/%E5%9B%9B%E5%9B%BD%E5%A4%A2%E4%B8%AD%E4%BA%BA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Okasan,
      Me voici de retour pour deux jours seulement car je repars vers le sud de la France, pour le festival du haïku de l'association francophone de haïku.
      J'ai en tête tous ces beaux souvenirs, un peu comme en rêve. Je vous remercie tous et toutes très sincèrement pour votre magnifique accueil, votre disponibilité et l'extraordinaire programme de ces deux semaines qui nous ont permis de découvrir tant d'aspects typiques du Japon, profondément inscrits dans la tradition. Le haïku se pratique chez vous au quotidien, en tout endroit et concerne tout le monde. Il s'ancre si profondément dans la culture japonaise depuis des siècles qu'il en est un peu la mémoire, un bien commun transmis de génération en génération. S'il évolue avec son temps au niveau des thèmes ou du kigo, il reste fidèle par son rythme et ses règles formelles aux enseignements des maîtres anciens. Cette imprégnation était nécessaire pour bien en comprendre l'esprit et les lois qui régissent le haïku.
      Je suis très heureuse de vous avoir rencontrée, vous qui avez tant travaillé, seule qui plus est, pour apprendre notre langue. Quel beau résultat ! Je félicite également Mme M. O. pour les mêmes raisons.
      Je poursuivrai mon blog à mon retour du festival car j'ai encore plusieurs pages à ajouter. J'espère que vous prendrez plaisir à continuer de me lire.
      Merci encore pour tout !
      Amitiés

      Supprimer
  12. Merci de nous faire partager ces moments d'exception !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Saravati ! Je publierai un peu plus tard le reste de monvoyage. A bientôt !

      Supprimer
  13. Oh, oui, merci !!! C'est passionnant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Il reste encore de merveilleux souvenirs à raconter...

      Supprimer
  14. Merci de nous avoir fait partager ces moments rares.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage, minik do. Je n'ai pas toujours pu renseigner mon blog mais je le terminerai après le festival de l'AFH à Martigues. A bientôt !

      Supprimer
  15. Bon retour, Danièle.

    J'ai comme l'impression que ta façon de percevoir et de concevoir un haïku a été profondément modifiée. C'est donc une " affaire " à suivre.

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr Marcel. Il me faut prendre du recul à présent...

      Supprimer